17/01/2008

Fantástica, la storia della vista

Mon passeport, mon titre de séjour, tous les doc importants, sont flottant en ce moment dans le ciel entre Paris et Marseille, où résonnent les voix comme suivant:

What’s your name ? What’s your birth place? What’s your date of birth ?
What’s your father’s name ? What’s your father’s birth place? What’s his birthday?
And your mother’s?

Je fouille les vieux papiers, je cherche les renseignements...Ah, l’anniversaire de mon père et celui de ma mère inscrits dans le Registre n’ont qu’un jour de différence, malgré l’année de naissance !
Et je suis née un mercredi. Hiahia.

***

Have you ever been deported, remouved or otherwise required to leave the UK? To leave another country? …Have you ever been charged in any country with a criminal offence for which you have not yet been tried in the court(including traffice offences!)?
In times of either peace of war have you, ever been involved in, or suspected of involvement in, war crimes, crimes against humanity or genocide? Have you ever been involved in‚ supported‚ or encouraged terrorist activities in any country? Have you‚ ever been a member of‚ or given support to an organisation that has been concerned in terrorism? Have you ever‚ by any means or medium‚ expressed views that justify or glorify terrorist violence or that may encourage others to terrorist acts or other serious criminal acts ? Have you? Have you? Have you???


No I haven’t. No I haven’t…No. No. No!!!
...Oh wait, yeah! I do have glorified an civil crime organisation, our business covers the imposture, the solicitation, the megalomania, nervous breakdown, and eventually pedantry…And people call us bloggers!

***

Have you engaged in any other activities that might indicate that you may not be considered a person of good character?

YES! I write terribly !

***

Do you speak English?

Humm…Pardon?
Je commence à avoir peur que je ne parle plus le Français l’été prochain, que mon anglais excité annexe mon français pour en fabriquer une bi-langue extra-ordinaire…

7 commentaires:

Wen Dao a dit…

Ce n'est pas grâve, les français ne parlent eux même plus vraiment le français...

Delphine a dit…

Merci Wen Dao pr votre remarque.Ca me rappelle la discussion avec une grand-mère française pendant le Noël.Elle déplore la dégradation de l'enseignement du français dans les écoles maternelles aujourd'hui en France.Pour enseigner un mot,les maîtres n'apprennent plus aux gosses les règlements des syllabes mais illustrent simplement le signifié en leur faisant répéter le signifiant. Ainsi les gosses qui ne savent pas se référer aux syllabes en écrivant commettent davantage de fautes d'orthographe,ce qui devient déjà un phénomène assez inquiétant qu'on perçoit dans l'écriture(surtout les courriers pro) des employés de la société actuelle.(Et hélas Sarko appelle encore à la réduction des personnels d'enseignement..)
Donc pour le parler, ça va encore, me semble-il, mais pour la qualité de l'écriture d'une bonne partie des Français,ça fait effectivement scandale.

Wen Dao a dit…

Je suis le produit de cette école, mais ce n'est pas ma langue natale, malgré que j'ai presque 25 ans de vie dans ce pays. Et c'est vrai que ça laisse à désirer.

Moi même, en licence, un prof spécialiste de l'histoire des USA me disait "monsieur, vous avez une orthographe des plus créatives!" mais je n'étais pas le seul dans ce cas. J'essaye de faire attention, mais c'est pas facile... se rappeller constament des régles quand on écrit, c'est pénible, et je pense que ce doit être difficile encore plus pour toi!
Je te rassure quand même. Il y a toujours une différence entre la langue parlé et la langue écrite, parce que la langue parlé, c'est de l'improvisation permanente, on ne calcule pas la tournure de nos phrases (sauf au theatre, mais le texte est déjà écrit). On dis toujours le premier mot qui nous viens à l'esprit. La langue écrite, on la travail, parce qu'on a le temps. Ce qui compte, ce n'est pas que tu parles comme dans les livres, mais que tu écrives des livres! Parler le français académique, ça ferait un petit peu "monsieur Jourdain". Ce n'est pas parce que c'est "la langue de Molière" qu'il faut parler comme ses personnages!

Donc voilà, t'en fait pas, parles naturellement, et "te prend pas la tête" comme on le dis mais comme on ne doit surtout pas l'écrire ;)

Delphine a dit…

Hé bien...tu me montres délibérément les fautes qu'il peut y avoir dans l'écriture d'un francophone de plus de XX ans ou quoi?? T'es créativement débrouillard en effet! Juste une remarque parmi les autres, l'impératif présent de la deuxième personne singulière est pr la plupart sans Ssss..je dis ça car je vois qu'il y a bien des Français qui ajoutent les S comme je le faisais souvent..(mais ça embête effectivement pas le parler)Je suis trop scrupuleuse à ce sujet peut-être,mais pr ceux qui traduisent/interprètent faut surtout faire attention à la grammaire en général, c'est encore moins académique que pragmatique à mon sens, car c'est là où pourrait se pousser le germe des malentendus, des conflicts,des guerres. J'exagère.

Thomas a dit…

Bonjour,
concernant la dégradation de l'enseignement du français dans les écoles maternelles, quelques précisions sont peut être utiles; la lecture et l'écriture sont enseignées véritablement en classe de cours-préparatoire (CP) de l'école primaire(obligatoire à partir de 6 ans). (l'école maternelle, qui n'est pas obligatoire, prépare simplement les enfants à la lecture en fonction de leur niveau en troisième année).

Il existe, me semble-t-il, deux ou trois techniques principales d'enseignement de la lecture. L'une est dite syllabique et l'autre globale. La première se résume en l'apprentissage de syllabes, indépendamment du sens, pour assembler des mots et arriver au sens, tandis que la seconde s'intéresse principalement au sens et à l'apprentissage de mots entiers, et favorise l'intuition, l'association de mots...

Les deux techniques ont des avantages et des défauts, et selon les enfants, il arrive que l'une des deux techniques soit plus bénéfique que l'autre. Mais ce n'est qu'une technique pour accéder à la lecture, que l'on oublie très vite et que l'on n'utilise heureusement plus une fois la lecture acquise (et heureusement, s'il fallait décomposer en syllabe chaque mot d'un livre que l'on lit, l'exercice serait relativement pénible).

Le débat entre les deux techniques refait régulièrement surface, et parfois, un brillant ministre a une idée géniale (ironie), et clame haut et fort que les problèmes d'échecs scolaire des enfants sont principalement liés à la technique d'apprentissage de la lecture.

Bien que la méthode d'enseignement ait son importance, le plus important, c'est ce qu'il se passe en classe (et à la maison). La technique est une chose, le plus important c'est l'enseignant, la pédagogie utilisée, et le suivi et l'encouragement de l'enfant par l'enseignant et les parents. Le débat syllabique/globale est un faux débat. Beaucoup d'enseignants pratiquent une méthode hybride adaptée aux enfants qu'ils ont en classe et c'est certainement là le plus important, s'adapter à l'enfant et non adapter l'enfant à une technique.

Le reste des problèmes, orthographe , grammaire et style n'est pas en lien avec la technique de lecture.
On apprends une lecture/écriture plus avancée jusqu'au collège (13 ou 14 ans en moyenne, peut être jusqu'à 15 je ne sais plus). Mais une fois que l'on sait lire et écrire, encore faut-il s'exercer. Lire tout d'abord et ensuite écrire. Pratiquer donc. Or c'est bien de cela qu'il s'agit. Le recul de la pratique de la lecture, et de l'écriture dans la société actuelle (si il y a vraiment recul, à vérifier). Cela est à mettre en lien avec les évolutions et la pénétration des outils technologiques dans la société, de l'évolution des médias, de l'évolution des pratiques, du recul de la littérature face à l'industrie de l'entertainment.
Tu parlais ailleurs de calligraphie dans l'alphabet occidental. Heureusement qu'elle existe. Ou même bien évidemment !! Mais encore une fois, l'évolution des techniques a amené un recul de sa pratique. Je pense qu'il en est de même en Chine et que cela ne va pas s'améliorer ; recul de la calligraphie, appauvrissement de la langue écrite.


Un long message. Je lis ton blog de temps en temps, que j'ai découvert après avoir découvert celui de Neige. Je suis assez intrigué, tu aimes donc Beckett, Pasolini, Godard, Deleuze, Camus...
Je te le souhaite en tout cas.
A bientôt

Thomas

Wen Dao a dit…

A vrai dire, je ne fait pas exprés de faire des fautes, je fait seulement exprés de ne pas faire attention... le français est une langue que je ne compte pas l'utiliser beaucoup à l'avenir dans mes écrits... je ne fait que de le parler, y compris quand je l'écrit, tout simplement. La façon d'écrire cette langue ne provoquera pas de grands boulversement dans le monde... ou si peu.

Delphine a dit…

Merci bcp, Thomas,pr ces merveilleux précision et développement.Tout à fait, en Chine il existe de pareilles dégradations, par ex à force de taper sur l'ordi avec le système de pinyin on risque de mal écrire certains caractères.(et à force d'écrire en français je risque de mal écrire en chinois.J'ai à vérifier cela quand je rentre en Chine..)

Je n'ose pas encore dire "aimer" ces auteurs, si pour les aimer il faut bien connaître leur oeuvre.Les citations en tant que manière de s'exprimer peuvent être une intrigue en effet. Ce sont mes rencontres avec eux qui me touchent et que j'admire, ces pts moments où je m'identifie à une partie de leur personnel,de leur idées ou de leur position de la vie,moments où leurs pensées/créations clarifient ou coïncident avec les miennes, où se produisent les déclics et les coups de foudre.(sorte de pure affirmation avec un seul "Ahhh..." et rien de suite)