02/02/2009

Pont WuNingLu (et Peinture Murale au Carrefour)


"La plus grande peinture murale en trompe l’œil au monde est désormais une réalisation française à Shanghai."
-Communiqué du Consulat de France à Shanghai















Sur le pont Wu-Ning-Lu défilent les voitures
or j'y demeure
Faut-il que je tienne
à enregistrer la murale qui trompe






De figures en figures les vrais et faux
s'y mêlent, interfaçables
l'oeil confu
l'esprit qui s'émerveille













Sous le pont Wu-Ning-Lu coule la Su-Zhou-He
l'eau si terne
tandis qu'au rive se dresse
attendant la vente les tours brunes



La nuit tombée s'allume la façade
le bus s'en va je contemple





Pour plus de photos: Cliquez ICI

Notes:
- Ces petites lignes sont librement inspirées du
Pont Mirabeau.

- J'ai été étonnée par les travaux sur cette grande peinture murale que j'ai vue pour la première fois dans le bus(si ce n'est pas pour aller au Carrefour, on franchit très peu le pont à pieds), et dont je constate les étapes d'achèvement. Avant de lire le communiqué du Consul, je ne savais pas que la peinture avait une telle importance. Je suis simplement impressionnée par l'hyperréalité des images, qui synthétisent le Midi, le Louvre et le Panda(quelle blague..), Sacré-coeur, Monmartre, la boulangerie (sans nom, mais peu importe) qui me manque; j'apprécie le mélange parfait de la façade peinte et façade existée, de l'art et artisanat, du vrai et faux: en regardant les photos, on peut s'amuser à distinguer le vrai du faux, le faux du vrai, à redéfinir ce que c'est le vrai et le faux, à se demander ce que vaut le vrai et le faux.

- Le pont a été renouvellé tout récemment et d'une vitesse incroyable. La première fois que j'allai au Carrefour après mon retour, le pont était comme il était, sans rien; une semaine plus tard, il y avait les planches de construction partout sur les trottoirs du pont; les statues ont été installées en peu de temps. Et voici une petite conversation que j'ai recueillie dans le bus:

F: Ah mais tu vois, ça a changé, Wu-ning-lu-qiao! C'est joli maintenant.
H: Hé oui...ah, ils ont ajouté les statues!
F: Maintenant c'est comme à l'étranger...La Seine...non?
H: Ah ya...c'est tous pour montrer aux étrangers à l'Expo!
F: Effectivement...et tant d'immeubles qui se poussent, tu vois...il n'y avait pas tout ça.
H: Oui...avant c'étaient plusieurs usines, maintenant toutes déménagées! Avant, où se trouvait tant de grands immeubles?!
F: O yo...ça ne compte pas ça. Si pour montrer aux étranger alors il faut tout montrer. Tiens... là, derrière les grandes tours, les faire voir les anciens immeubles serrés...Qu'est-ce qui est intéressant s'ils voient uniquement l'outer-side? ...


C'est bien un faut pont sur la Seine. Ca ne vaut même pas la peine de discuter si c'est beau ou pas beau, je trouve ça juste bizarre. Et, citoyenne, j'accepte ce changement comme ça, un petit changement parmi tant d'autres.
Rien de très grave.

- La dernière photo, ma préférée, n'a rien à voir avec la peinture au Carrefour. Je l'ai prise dans le bus qui s'arrête au plein milieu du pont à cause du trafic.

- Aussi dans le bus, j'ai enregistré un petit vidéo qui permet la vue de la peinture murale à la tombée de la nuit. Or ce qui me plaît le plus dans ce vidéo, c'est le moment où le bus réduit la vitesse en descendant du pont: l'embouteillage s'entend sous les roues. Et sur le panneau de route dressé au pied du pont se lit:

L'embouteillage devant, veuillez contourner.
(前方拥堵,建议绕行/qian-fang-yong-du, jian-yi-rao-xing).



2 commentaires:

Cochonfucius a dit…

Tout à fait charmant, l'hommage à Guillaume Apollinaire! Le conseil municipal devrait l'afficher près du pont, en grands caractères... :-)

Delphine a dit…

Merci Cochonfucius, moi aussi j'aime bien ces lignes que je peux à peine définir. Je crois qu'il y cache qch de drôle voire d'absurde qui n. Et puis, j'avoue que c'est tout à fait fascinant, et en même temps épuisant, lorsqu'une idée ou inspiration arrive soudainement occuper la tête, et que la musicalité verbale coule. C'est quelques secondes d'idées contre plus qu'heure de travail (surtout quand il faut envoyer les photos!), mais peut-être c'est un état assez normal s'agissant de l'écriture littéraire.