27/05/2007

Un An-(ii) My。。。

1. Jeux

i) L’unique cadeau anniversaire de mon université, aussi cher qu’il puisse être, offert par une amie de notre bande ciné-théâtre. Souvenir partagé de notre salon 0206, de notre conférence avec Jia Zhang Ke, du retentissement de notre série-forum dédiée à Leslie Chang suicidé et à son Concubine de l’Empereur, de la salle pleine de notre diffusion de bons films censurés. Souvenir de tout ce qu’on a joué, bricolé, tenté, de la douceur d’une vague ambition dissimulée derrière chaque air dédaigneux. Le monde est à nous, à l’intérieur de chez nous.
Look out, World. Here I am.


ii) L’équipe féminine représentant l’Institut LLE que j’avais rencontrée était d’une complémentarité excellente. On était les professionnels des amateurs (comme celle du volley-ball, n’est-ce pas, Neige ;). C’est une ferveur débordée de la jeunesse et du corps de la jeunesse, un jeu où l’on joue au sérieux.
L’Entraînement régulier, accompagné de bons coachs successifs et de quelques garçons qui jouent avec nous. Entraînement nocturne. On tirait au panier un soir après l’autre pour que le tir au panier devienne presque autonome. La vitesse et la vigueur de ce sport de violence. Une fois en place on laissait toutes autres choses, y compris le fait d’être fille. Dans un match important, on se ressentait déterminé à gagner, avec plein d’acharnement voire de barbarie ; on cria, parfois hurla, à la folie. Le bonheur de courir sur le terrain, de réussir les coopérations merveilleuses dans l’attaque, de rencontrer une équipe avec qui on peut vraiment jouer, d’entendre les ovations des spectateurs.

Le bonheur d’être en équipe, de la libération spontanée. Cette impétuosité de la pulsion m’éloignait peu à peu, qui s’acheva, j’ai cru, lors du sifflement du Final en été 2005 : moment unique où, épuisée, toute l’équipe pleurait ensemble.



2. Emblèmes universitaires
J’éprouve constamment la vénération pour les années 60 de la France et les 80 de la Chine. Je crois toujours les avoir vécues, moralement. Cela fait longtemps que je crois avoir 27-29 comme âge mental, au niveau de la conception et de l’expérience de la vie.
L’ère héroïque n’est plus. Nous nous retrouvons dans le chahut des spectacles de tout genre. Mais peut-être en arrivera-il une nouvelle.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Quand tu parles de ces merveille que c'est le temps de l'école et de beaucoup de jeunes leurs impressions,je me souviens de jeunesse à l'école aussi!coome disait Lamartine: "ó temps suspends ton vols et vous heures propices!
Laissez nous savourer les rapides délices.De plus beaux de nos jours"
Delphine!suivez mon conseil:profitez la vie,car.elle est semble être longue,mais au contraire elle est court.
Nous ne pouvons lancer l'ancre dans l'oceans des âges,donc,quand l'age arriver tu sentiras comme-moi le plus heureux des hommes.

Tony du Brésil

Delphine a dit…

Voyons qu’il y a bien des choses communes partagées par tout l’homme. Tony du Brésil, une bonne surprise. Merci pr « les beaux jours » version Lamartine, ton message est visiblement un rapide délice. J’ai bien cru que je suis née pr profiter de la vie, pr la vivire, et c’est peut-être pr cela que ma vie(ou mon écrit) a un trait dramatique, puisque la vie a tellement de possibilité. C’est en effet trop court pr moi, ça expliquerait bien prquoi je suis souvent en retard et que je cours un peu partout :P.
Je suis tjrs curieuse de mes âges à venir, de voir, par ex dans mes trentes, si je deviendrais élégante, que je ferais, avec qui je serais amoureuse, et, quand j’aurai viellie, j’aurai quel visage, quel quiétude, et comment je mourrai. En revanche il sera bon de lancer l’ancre, non pas pr arrêter l’âge, mais pr prendre une pause d’appréciation avant de continuer le voyage. Bon bonheur.

Neige a dit…

"Le bonheur d’être en équipe, de la libération spontanée"
Pour moi aussi, des cris et des pleurs...le matche du volleyaball, c'est presque le seul endroit où je peux me jeter cent pour cent...
Oui, il faut profiter de la vie, chacun sa vision là-dessus. Je suis en train de chercher la mienne.

Delphine a dit…

Tu écriras ce que t'auras trouvé. Et surtout bonne quête:)